Comment faire son propre compost ?

Le compost est un engrais naturel précieux pour nourrir son jardin et son potager, ainsi qu’un moyen simple de réduire ses déchets organiques. Fabriquer son propre compost maison permet de disposer facilement et gratuitement d’amendement riche en nutriments pour ses plantations. Cet article vous expliquera toutes les étapes pour réussir votre propre compost : choisir les bons ingrédients, installer le système de compostage adapté, appliquer la méthode en couche, aérer et humecter correctement le tas, obtenir un compost mature.

Les étapes pour fabriquer son compost

Pour fabriquer son propre compost, plusieurs étapes sont à suivre afin de réussir cette fermentation naturelle des déchets organiques. Découvrez des conseils et des astuces pratiques sur https://www.lepotiblog.fr. Commencez par collecter les différents résidus pouvant servir d'ingrédients :

A lire également : Comment installer des panneaux photovoltaïques chez vous en France ?

  • feuilles et branchages morts ;
  • herbes coupées ;
  • restes de fruits et légumes ;
  • marc de café ;
  • coquilles d'œufs.

Vous devez choisir l’emplacement de votre compost. Vous pouvez le faire fermenter dans un bac en plastique ou en bois. Il est également possible de le placer en pile ou en tas directement sur la terre. Alternez les couches de matières brunes carbonées comme les feuilles avec couches de matières vertes azotées comme les restes de cuisine. Pour accélérer la décomposition, il est recommandé de broyer ou hacher au préalable les différents ingrédients afin d'augmenter leur surface de contact avec les micro-organismes décomposeurs. Au cours du compostage, il ne faut pas négliger d'aérer et d'humidifier régulièrement le compost en le retournant de temps en temps avec une fourche pour bien mélanger les éléments et laisser pénétrer l'air.

Les ingrédients du compost

Dans un compost, vous retrouvez différents types d'ingrédients en fonction de leur composition carbonée ou azotée. Les matières brunes dites carbonées comme les feuilles mortes, la paille ou le papier non coloré apportent du carbone et constituent la base structurante du compost. Elles absorbent l'humidité tout en laissant passer l'air, créant ainsi les bonnes conditions d'aération. Les matières vertes azotées telles que les restes de cuisine, l'herbe tondue ou le marc de café apportent de l'azote et l'humidité nécessaires à l'activité des bactéries et champignons décomposeurs. Cependant, certains ingrédients doivent être évités. Ils ralentissent voire empêchent la décomposition. C'est le cas de la viande, des os, de l'huile ou des produits traités avec des produits chimiques comme les épluchures d’agrumes traitées.

A lire aussi : Quelles sont les étapes nécessaires à la transformation de son habitat en un lieu idéal ?

La méthode en couche

La méthode en couche est essentielle pour obtenir un bon compost efficace. Elle consiste à alterner couches de matières brunes et vertes au sein du tas en respectant chaque étape. Commencez par une couche brune, formée par exemple de feuilles mortes ou de paille. Cette couche va avoir plusieurs effets bénéfiques. Elle va absorber l'humidité en excès apportée par la couche suivante et laisser passer l'air nécessaire à la fermentation. Ajoutez ensuite une couche verte contenant les déchets azotés comme les épluchures de fruits et légumes. Elle va être la source de nutriments pour les micro-organismes du compost mais également apporter l'humidité indispensable au processus.